Jésus est-il Dieu ?

Jésus est-il Dieu ? Jésus-Christ est lié à Dieu : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » – (Jean, 14, 6) – Jésus-Christ personnifie Dieu vivant. Or, Jésus-Christ n’est pas Dieu. C’est à savoir. Jésus est « Envoyé » de l’Esprit de Dieu.

Est il dieu jésus ? En effet, Jésus est intimement lié à Dieu et vice-versa. C’est la raison pour laquelle, Jésus dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie …  » – Mais à proprement parler, Jésus n’est pas Dieu. On pourrait dire, Jésus est parvenu à personnifier Dieu dans le vivant et dans la chair. De fait, Jésus est Dieu Vivant. Mais Jésus est également « l’Envoyé » de l’Esprit de Dieu.

Animée d’une petitesse d’esprit, la croyance chrétienne ne fait jamais référence à l’Esprit de Dieu, préférant nommer Dieu lui-même, pour appuyer des certitudes toutes relatives. Elle n’est pas la seule.

Attention ! Les propos suivants ne répondent d’aucune idéologie ni d’aucune religion en particulier.

Aussi succinctement que possible et au risque de froisser la chrétienté, contrairement à l’amalgame que l’on peut faire, L’Esprit de Dieu, omniprésent durant l’incarnation de Jésus, ne fait pas de Jésus, même après la résurrection : « Dieu ».

On pourrait également ajouter, littérairement parlant, Jésus a incarné « Dieu » sur la Terre. Un Dieu neutre « père-et-mère » en même temps. Mais Jésus est plus particulièrement le Chemin qui mène au Père dans les cieux. Jésus est celui qui a manifesté Dieu ou le divin, durant sa mission terrestre. Et par la suite, le phénomène de l’Ascension le prouve, Jésus, imprégné de la divinité – fusion avec la divinité – rejoint le Père dans les cieux, n’étant pas le ciel. L’Ascension de Jésus, ne devrait pas être imaginée comme une histoire à dormir debout ! N’oublions. Il y a l’autre partie de Dieu le Créateur.

Pour aider à déterminer si Jésus est-il Dieu, d’autres branches et autres déviations du christianisme, ont leur propre idéalisation sur l’idée de Jésus et de Dieu. Mais, ces courants religieux ne procèdent pas forcément de la même alchimie. La voie christique directe, plus rapide, serait plus indiquée aux occidentaux. Mais on ne change pas aussi facilement d’optique surtout lorsque l’on dépend d’idées arrêtées.

Néanmoins, quel que soient les idées et le chemin emprunté. Dieu-Unique et Éternel surpasse tout ce que l’esprit de l’Homme ne pourrait jamais appréhender. Comme l’expansion de l’univers dans son infinité dépasse l’Homme et le plonge dans une interrogation sans fin.

Si Dieu existe

Alors, raisonnons un peu. Si Dieu existe, Il est principalement « Esprit ». Ainsi, on pourrait penser, L’Esprit de Dieu, (le), « Souffle Créateur » ou, (le), Principe indéfinissable essentiel et intrinsèque à toutes choses – était – « EST De Toute Éternité ».

Donc, avant que le monde ne soit apparu à l’état matériel ou si l’on préfère, avant que le monde ne se soit créé matériellement.

Ainsi, comment retenir, l’instant originel, nommé « big bang », par la science moderne ? La toute première seconde ! Quand l’univers infiniment petit, paraît-il, pouvait se contenir dans la tête d’une d’épingle, selon l’expression scientifique. Mais en fait, le big bang ne serait nullement le commencement. La preuve, ici, notre ignorance la produit, voici.

Malgré les grandes avancées en astronomie, les chercheurs disposent de gigantesques télescopes toujours plus puissants. Ces télescopes géants permettent d’élargir considérablement le champ des observations, à tel point, que de lointaines galaxies, estimées à des millions d’années-lumière, se dévoilent aujourd’hui devant les yeux ébahis des astronomes. Or, tous ces colossaux moyens permettent peut-être de scruter en profondeur un peu plus le cosmos, mais sans permettre d’atteindre les ères antérieures au big-bang toujours inaccessibles.

Comme Dieu l’Éternel non limitatif à la petitesse d’esprit, à l’Ancien Testament et à la religion.

Golgotha la crucifixion de Jésus

Golgotha comment est mort Jésus ?

Golgotha ou mont du Calvaire la crucifixion de Jésus. Sous le regard de Dieu, le ciel dessinait une Mandorle durant la crucifixion de Jésus sur la croix.

C’est la configuration du ciel, formant une amande, qui par analogie, révèle l’état divin et la gloire à venir du Christ sur un plan non-terrestre. Plus tard sans savoir Paul parlera d’un corps glorieux (christ roi) et l’église catholique approuvera ignorant tous deux le ciel.

– Voire bible les Pères de l’Église :  Les 7 collines de Jérusalem Sion – Ophel- Moriah – Bézétha -acra – Gareb -Goath .

La résurrection de Jésus Christ se révèle à compter du ciel. On aurait bénéficié d’un savoir céleste rapport à toutes ces réalités présentées par le christianisme.

C’est irréversible à présent, car on a consumé la flamme qui animait tous les millénaires, ainsi que les siècles précédents. Nous nous sommes égarés, refusant la réalité, pour ne pas voir le ciel. L’invoquer – dans l’adversité – peut-être ? Mais l’invoquer en refusant de le connaître est une erreur. Or, on peut situer « Dieu » dans le ciel, dans la vie, et dans son ensemble, mais on ne peut pas supprimer le ciel du langage qui nous permet de retrouver ce Dieu d’origine.

Il faut admettre que le christianisme ne fit que suivre les voies païennes, et que jusqu’au XV siècle, la voie christique s’identifiait à la voie solaire. D’ailleurs, le Christ l’avait lui-même dit : Je suis la vie.

Cette allusion faite au soleil qui est la vie, en effet, aurait dut éveiller les Pères d’Antan. Et c’est à partir de là, que l’influence du ciel aurait stimulé dans la foi, un besoin de savoir, tout en vivant normalement et naturellement. Il y avait là identité avec soi, permettant grâce la vie de jesus ou au modèle qu’Il a laissé, de remonter du visible à l’invisible pour approcher la résurrection ou du moins, pour s’en faire une idée plus intime. Ce qui n’est guère possible sans support. Cette absence de repère vient de l’Église catholique qui n’a jamais voulue connaître le ciel.

Découvrons un peu Jésus Christ en majesté le ciel et l’origine de la Mandorle.

Connaître le ciel faciliterait l’entendement pour débuter une étude sérieuse sur la résurrection et permettrait de différencier Jésus de Nazareth ressuscité d’entre les morts du Seigneur et de Dieu insondable.

Crucifixion-résurrection jesus christ se révèlent terrestrement dans la mandorle (re) présenté par le ciel lui-même. Et dans son aspect divin la mandorle entourant dans sa totalité le corps physique de Jésus ressuscité devient par la suite divine à part entière – ascension de jésus – mais sur un plan supérieur et non matériel. Ceci est un point essentiel à retenir pour approcher le sens réel de la résurrection de Jésus. Genèse-Mandorle, cathédrale de Chartres, ci-dessous. Plus de détail, après la page suivante.

Christ en gloire. Mandorle Cathédrale de Chartres

La mandorle est la représentation graphique d’un  aspect éthérique et astral. Elle laisse deviner la non-matérialité du corps de résurrection de christ ressuscité, christ est vivant. Autour 4 animaux dont l’ange annonçant une nouvelle ère celle du Verseau. – Poursuivre avec Les Quatre Évangélistes.

— — —

La Foi découlerait-elle directement de la religion catholique et de la résurrection du christ enseignée comme une catéchèse infantile ? Les apparitions du Christ ressuscité interprétées en histoires à dormir debout et conjuguées à l’ignorance, renforceraient-elles la croyance stupide en la résurrection de la chair ? Et, la croix de jesus ? Et, Dieu ? Paradoxe. Nous ignorons ce qui est visible, et nous refusons de connaître l’inconnu, ou, tout au moins, de chercher à l’expliquer, mais nous prenons Le Très-Haut à témoin, pour défendre nos idées arrêtées, ou pour l’implorer au temps du malheur et de l’affliction. On croit ! Mais qu’est-ce qui pousse à croire, la Foi ? Je souhaiterai croire…

Aussi, avant de croire, apprenons à savoir.  On a voulu oublier l’idée de dualité de Dieu créateur du ciel et de la terre, de même qu’on a voulu oublier cette dualité qu’il y avait entre le personnage lui-même et le ciel qui lui correspondait. De cette manière, on a substitué l’origine céleste de l’homme, pour la remplacer par une fonction cérébrale « intellect », appelé également l’esprit. Mais à la différence que l’esprit, dans la pensée scientifique, concerne bien une fonction cérébrale et non, une animation divine, provenant d’un monde originel, hors de la matière.

C’est pourquoi, malgré de grandes découvertes dirigées par l’archéologie et malgré des travaux littéraires remarquables, réalisés par des spécialistes de la Bible, un vide demeure, concernant un plan supérieur et divin. Aussi, pour combler le vide, et du même coup, pour approuver ou refuser certains des résultats apportés par l’archéologie et l’histoire. Pour partager, rejeter ou revoir certaines conclusions énoncées par les exégètes et les théologiens, experts dans les domaines bibliques. Nous proposerons par la suite des interprétations ignorées du grand public.

Avant de complémenter la première partie du présent article, avec Les Quatre Évangélistes, pages 3, exposons à la page suivante (p 1) un avant propos qui devrait être utile à tous.

Les Religions personnifieraient-elles Dieu à leur ressemblance ?