Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux ..

Inscription – Temple de Delphes
—————————

On parle en vain du corps de résurrection !

Si on voulait approcher la résurrection de Jésus, il faudrait un temps soit peu, se connaître soi-même. Mais hors des critères habituels.

Je suis à la fois admiratif et étonné de découvrir tant de gens qui prennent Dieu, insondable, à témoin pour appuyer leurs certitudes. Combien professent en son Nom et s’expriment sur Jésus-Christ et le corps de résurrection en accord avec la Bible, bien que beaucoup de récits ne relèvent pas forcément leur entièreté et leur authenticité. Mais la foi semble animer tous ces gens, et c’est une bonne chose, surtout à l’époque actuelle. Mais je demeure plutôt réservé à l’égard de ceux qui m’apparaissent un tantinet exaltés.

Par exemple sur internet nous trouvons des titres un peu infantiles et similaires à : Sauveur du monde ! Jésus-Christ sauvegarde de la mort ! Gloire à toi Seigneur ! Christ ressuscité des morts par Dieu Tout- Puissant ! – Quand aux mormons n’en parlons pas, leur propagande style kermesse à gros budgets saute aux yeux ! – Alléluia ! Alléluia !

De mon point de vue, ce genre d’exaltation adulte-infantile ne me semble guère éclairé. On se demande sur quoi se basent ces personnes pour exulter leur enthousiasme débordant. Mais peut être serait-ce la foi qui me fait défaut, me privant de la clarté qui semble illuminer tous ces individus. Dans ce cas, je suis dans l’erreur. C’est possible. On ne prétend pas détenir la vérité pas plus que ceux, avec textes à l’appui, proclamant la leur !

En effet, la majorité des commentateurs à tendance biblique fondent leurs certitudes sur la Bible, alors que celle-ci est loin de restituer toute la vérité. De plus, la prouesse de saint Paul n’a rien arrangé puisqu’il a voulu attacher l’Ancien Testament au Nouveau-Testament. Et dans son obscurantisme, l’Eglise chrétienne a approuvé, en allant même jusqu’à reconnaître certains dogmes et doctrines étrangères pour les assimiler à l’enseignement de Jésus. La résurrection des morts est un bel exemple. Ce dogme contenu dans des textes anciens a été véhiculé et interprété par Paul, sans qu’il n’ait aucun rapport avec Jésus.

Mais en ce qui nous concerne, et sans rejeter « Les Ecritures », puisque nous nous y référons également jusqu’à un certain point, nous partons néanmoins de quelque chose qui nous semble identifiable et reconnaissable à compter de Jésus. Le futur Christ s’est incarné comme tout un chacun. Mais il a laissé des indices que l’on retrouve en soi. Et plus précisément dans l’aura du double éthérique.

Évidemment, la plupart d’entre nous, ne connaissons pas forcément notre corps éthérique. Cependant il a bien une existence dépendante du physiologique. Et quand bien même sa composition est essentiellement vibratoire et énergétique, il totalise cependant l’être incarné. Par exemple, si le corps éthérique se détachait définitivement d’une personne, elle n’aurait plus lieu d’être bien longtemps. Elle se désagrègerait organiquement et atomiquement. Ce nom, corps éthérique est approprié, puisqu’il est l’enveloppe fluidique du corps physique appartenant au plan matériel. – Notre exemple est peut-être succinct, mais on appelle bien un chat, un chat ! –

Prenons l’exemple d’une langue étrangère. Si nous entendons pour la première fois une langue étrangère, nous ne comprenons pas. Et faute d’étudier, ne serait-ce que les rudiments du langage, on pourrait passer à côté de quelque chose qui aurait permis de signifier, ce que l’on ne voit pas, dans notre exemple concernant les apparitions du Christ ressuscité. Avec pour seul outil, le langage général et limité dont nous disposons, nous ne parviendrons même pas à imaginer des phénomènes qui outre-passent le rationnel. C’est normal, car en puisant exclusivement dans la banque de données matérialiste, on risque de continuer à débattre sur ces sujets jusqu’à la nuit des temps ! Et sans ne jamais approcher d’une vérité qui a son sens pourtant sur un plan non matériel.

Question :
Le corps de résurrection de Jésus était-il bien réel ?

Réponse :
Certes, oui, mais pas comme nous l’entendons, son corps était non-réel sur un plan matériel, et il était non-physique sur un plan physiologique.

Question :
Le corps de Jésus ressuscité était-il transformé, mais toujours organique, et en chair et en os ?

Réponse :
Certes, non, son corps imprégné de la divinité, était composé de chair astrale uniquement. C’est à dire, composé de la lumière incréée qui n’existe pas sur terre, et qui provient d’un monde bien au-delà de la matière. Le phénomène de l’Ascension lui rend témoignage et témoigne d’elle justement. C’est la nuée décrite, enveloppant le Christ lors de sa montée vers le Père – expression employé par Jésus durant son cheminement et que l’on retrouve tout au long des évangiles – .

Nous comprendrons que le fait d’apprendre et de mémoriser certains noms, mots et termes correspondant à ce que nous ne connaissons guère précisément – comme le double éthérique, le corps astral ou Aura – est utile pour orienter la pensée vers ce qui dépasse l’humain.

– Présentement, orientons la pensée, et projetons le corps de résurrection de Jésus, et imaginons l’immatérialité de ce corps. – C’est d’autant plus utile, favorisant ainsi l’élévation d’esprit. Mais tant que nous rejetons d’entrée ce que nous ne reconnaissons pas, nous privons notre esprit d’une élévation naturelle, le rendant propice à l’entendement. Les apparitions du Christ relèvent de l’entendement.

De ce fait, il apparaît normal que nous ne puissions pas les expliquer, hormis rationnellement, puisque ces phénomènes et dans le cas du Christ ne dépendent, ni de l’intellect, ni du plan matériel. La pensée seule est le conduit et l’évasion vers ce que l’on ne voit pas, et qui existe bien. Mais au-delà de nos idées arrêtées.

La résurrection de Jésus

Publicités