Grâce au ciel éclairons le chemin et découvrons le lien entre culte solaire, religion Mithra et Jésus. A l’origine, selon les directives du Christ ressuscité, les Apôtres ont propagé ses préceptes. Son enseignement transmis au fur et à mesure, allait former par la suite une nouvelle religion, mais issue en partie d’une ancienne, la religion de Mithra.

Les Mages Rois
« Or, Encens et Myrrhe »

Quand Jésus fut né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, (1), des mages qui venaient d’ORIENT arrivèrent à Jérusalem. « Où est, dirent-ils, le roi des Juifs qui vent de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l’adorer ».

L’étoile que suivirent les mages n’était autre que Aldébaran, de la constellation du Taureau, devant laquelle, une jeune et nouvelle lumière venait de naître.

A cette nouvelle, (2), le roi Hérode fut troublé et toute la ville de Jérusalem avec lui. Réunissant tous les Grands Prêtres et les scribes du peuple, il s’enquit auprès d’eux du lieu où devait naître le Messie. A Bethléem de Judée, lui dirent-ils, car c’est ce qui a été écris par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Judas, tu n’est nullement la moindre parmi les villes principales de Juda. C’est de toi, en effet, que sortira le chef qui mènera paître Israël mon peuple. Alors Hérode fit appeler secrètement les mages et leur demanda des précisions sur la date où l’étoile leur était apparue. Puis il les envoya à Bethléem en disant : « Allez, enquerrez-vous avec précision de l’enfant et quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir afin que, moi aussi, j’aille l’adorer ».

Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route, et l’étoile qu’ils avaient vue en Orient allait devant eux jusqu’à ce qu’elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. A la vue de l’étoile, ils ressentirent une grande joie et, entrant dans la maison, ils virent l’enfant, avec Marie sa mère. Se prosternant, ils l’adorèrent et, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent de l’Or, de l’Encens et de la Mirrhe. Avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ce fut par un autre chemin qu’ils regagnèrent leur pays, (3). – (1) et (2) : Les Quatre Evangiles : Naissance de Jésus. – – (3) : Evangile selon Saint Matthieu. –

Qui étaient ces mages, rois du ciel ?

Certainement, par cette connaissance qu’ils détenaient de l’astronomie. Mais ces mages étaient aussi des prêtres de la religion de Zoroastre, (astre se contenant en le nom), chez les Mèdes et les Perses.

– D’après Pierre A. Riffard dans son Anthologie de l’Esotérisme : Le mot « Mage » signale l’ésotérisme de l’ancien Iran tout au long de son histoire. L’ancien Iran commence vers 1500 ans av. J.C. ; est alors fondé la religion mazdéenne, le mazdéisme originel, qui a son livre, l’Avesta. Les Mages mèdes sont signalés dès 850 av. J.C. Zarathushtra (v.594 av. J.C.) a réformé le mazdéisme, mais lui aussi, compte des Mages et en parle dans les hymnes (gâta) de l’Avesta qu’on lui attribue. Le texte clé est grec. Hérodote : « Le peuple des Mèdes … comprend plusieurs tribus que voici : Bourses, Parétacéniens, Stouchates, Arizantes, Boudiens, Mages ». Parlent aussi des Mages ; Jérémie et Ezéchiel, et bien sur l’Avesta, Yasna 65.7 – … L’autre texte , de Zarathushtra cette fois, est luui aussi riche d’enseignement (n 48) : Pour l’initié, la meilleure des doctrines Est celle qu’enseigne, en tant que justice, Le bienfaisant Seigneur Saint que tu es, Toi qui sait aussi, O Sage, Par la force de La Bonne pensée, les doctrines secrètes.

– (Les noms en gras sont pour établir un lien) –

Dans la religion de Zoroastre chez les Mèdes et les Perses, Ahura Mazda est le Seigneur Dieu, le Dieu Père à qui est adressée cette louange, (4), qui ne manquera pas de nous rappeler que le Christ s’est exprimé, (à la première personne), identiquement : « Je suis le Premier et le Dernier ». C’est toi le Premier et le Dernier. Toi le Père de la Bonne Pensée. Toi le vrai instructeur de l’ordre… On note la mention des trois premiers des Six Saints Immortels (Amesha Spenta : Bonne Pensée, Ordre Juste, Royaume, Modération, Santé, Immortalité) qui entoure le dieu Ahura Mazdâ (Seigneur Sage). La Bonne Pensée est liée au boeuf, à la souveraineté magique; la Justice, l’Ordre Juste au feu, à la souveraineté juridique; le Royaume, au métal, à la guerre. Or la Bonne Pensée correspond au dieu Mithra, d’où le lien entre magianisme, zoroastrisme, mithraïsme, ésotérisme. Il est dit que Zarathushtra reçut une révélation divine vers trente ans, en rencontrant la Bonne Pensée. – Fin extrait de l’Esotérisme, : P. A . Riffard – – (4) : P. Dubreuil : Le Zoroastrisme, Paris, 1982, p.35.

—————————-

Il y a là, une direction à suivre, pour les chercheurs qui souhaiteraient approfondir l’Origine christique… Car les Anciens Pères de l’Eglise ont sûrement rejeté la perspective d’un pré-christianisme, et pourtant ? On en retrouve des traces, dans plusieurs directions, comme en Egypte, par l’idée fondamentale du ternaire : « Osiris, Isis et Horus ». Puis, dans la religion à laquelle on ne pense pas, celle de Mithra, divinité des Perses, mais aussi, par les récentes découvertes en 1947, à Nag Hamadi, (prochain sujet) :

Les Manuscrits de la Mer Morte

Mais également, deux ans plus tôt, en 1945, fut découvert à Nag Hamadi : l’Evangile de Thomas comportant 114 loggias. Ce dernier répète à peu près identiquement ce que les Quatre Evangiles révèlent, cependant les récits aident à l’entendement et permettent, d’orienter d’autres recherches.
———————————

Mais il est à reconnaître que les croyants en général, sous l’influence des premières Églises naissantes jusqu’à nos jours, n’ont jamais cherché à savoir. Pour eux comme pour beaucoup d’autres, tout débute à compter de Jésus, un point c’est tout. C’est une manière de voir mais elle n’est pas exacte.

Quelle fut la raison de l’incarnation de Jésus ?

S’est-on posé la question ?

Jésus vint s’incarner sur le plan terrestre en l’an moins 5 ou moins 7 de l’ère des Poissons, pour répondre à un appel peut être. Oui c’est une possibilité. Reprenons du début si vous le voulez bien.

Qui a révélé, manifesté, Personnifié la Sainte-Trinité en un Père, Fils et Saint-Esprit ?

A cette question unanimement nous répondrions, c’est Jésus. Certes il y a du vrai. Mais ce n’est pas tout à fait exact. Expliquons-nous. Jésus incarné est venu pour répondre à des appels. Ces souhaits ou formulations se sont opérés au fur et à mesure des siècles, dans l’esprit cultuel de certains peuples, et de certaines sectes. Les cérémonies, les rituels, subirent eux aussi une transformation, pouvant ainsi dans leurs expressions, attirer à elles ce qu’elles étaient justement parvenue à créer, en archétypes.

Nous parlons d’un plan métapsychique de la pensée : les chrétiens et la sexualité, dans le blog : Jésus Résurrection Astrale. Ainsi que ce soit en bien ou en mal, ce sont les courants de pensées conjugués qui créent des archétypes.

De cette manière, surviendrait peut-être : Un Envoyé *. Un être consciemment incarné ou prédisposé à le devenir durant une courte existence terrestre. Avec pour mission d’instaurer un renouveau spirituel au sein de l’humanité. Transformant les rituels anciens, les sacrifices de sang, les offrandes aux dieux et aux démons.

* Actuellement, qui sait si la convergence de pensées mauvaises, sordides, déraisonnables n’engendreront pas l’Anté-Christ ?

Par qui ces appels ont ils été exprimés pour qu’un jour Un Sauveur vienne y répondre ?

Suite à Jésus ou la fuite en Égypte de la Sainte Famille.

A notre avis, pour que la Sainte Famille revienne en Égypte, lors du massacre des Saint-Innocents, c’est qu’il y avait une raison primordiale et sans doute familiale. Un retour vers une souche ancienne de la famille. Ou bien encore un certain déterminisme métaphysique faisant que les réalisations égyptiennes avaient dépassées les réalités humaines. C’est à dire : La révélation arrivait à son terme. Là où les Hébreux s’étaient enfuis après avoir dépouillé les Égyptiens.

Une question se pose. L’Égypte aurait-elle été le creuset de la future voie du christianisme ? On serait tenté de le croire. Mais on ne peut affirmer que la religion du Christ découle directement de la religion égyptienne, car la loi de Moïse, rappelons le, interdisait de scruter le ciel afin de ne pouvoir identifier : « EL » de la Bible. C’est-à-dire : DIEU.

Mais dans son essence trine : Osiris Isis et Horus, les égyptiens fixaient déjà l’idée du ternaire fondamental qui deviendra le principe même de la religion chrétienne. En tant que : Père Fils et Saint-Esprit.

On pourrait penser et ce n’est pas une supposition gratuite. Après la fuite en Egypte, le Christ futur a dû subir une information, un enseignement issu de la tradition égyptienne. Avant d’avoir probablement des contacts avec les adeptes de la religion de Mithra, venant elle aussi de Perse, après avoir eut son origine en Inde avec l’Avesta (ce n’est pas) le Védisme de l’Hindouisme : Védanta. Les adeptes de la religion de Mithra acceptaient le baptême, la Rédemption. Mais ils acceptaient également le jeûne et la flagellation.

Au temps de Jésus, la religion de Mithra se développa énormément dans l’empire romain. Le culte était solaire, et le dieu suprême pesait à la mort les âmes. Ceci se comprend également dans les textes funéraires égyptiens.

De plus quand la religion se développa, environ deux siècles avant Jésus Christ, les grades d’initiation étaient au nombre de sept. Et les principaux étaient, Héliodrome, puis Père, et enfin, Père des Pères.

Or, dans l’ Évangile, toutes les déductions du Christ s’appliquent au Père !

N’y a-t-il pas une identité assez surprenante ?

C’est une source à ne pas négliger, surtout par son culte solaire et du Taureau, se rapportant à une inspiration zodiacale. Ce que ne présentent pas les autres religions, étant moins bien adaptées aux occidentaux.

Les Manuscrits de la Mer Morte Pré-Christianisme

Publicités