An 1233 Inquisition

Inquisition

An 1233, l’Inquisition sous la dominance de l’Église Catholique et du droit canonique regorge du sang des innocents jugés hérétiques par l’Eglise chrétienne (Catholique). Une période martre qui perdura cinq siècles.

Tout d’abord, interrogeons-nous. Devrait-on croire les déformateurs de la Vérité ? Devrait-on cautionner sans savoir ces genres-là ? Ceux qui affirment que Jésus-Christ n’a jamais existé ne peuvent pas saisir les subtilités contenues dans son enseignement. Ce savoir concerne, entre autres, le (C) ciel, l’aspect Féminin, l’Esprit-Saint, le corps spirituel, la mort, et  la Résurrection.

Les mythistes par exemple renchérissent et attestent que Jésus est un personnage fabriqué par les Pères de l’Église. C’est inouï. Qui plus est, ils les considèrent comme des fieffés menteurs. Mais, réfléchissent-ils un peu ? Si c’était le cas, ces pères malhonnêtes, ces fieffés menteurs auraient été avant tout des hommes d’exceptions. Ils auraient été plus que des hommes savants. Ils auraient été plus que des hommes-dieux.

Par quel prodige, ces pères, rustres pour beaucoup, malgré l’érudition, auraient-ils pu produire et sans n’omettre aucun détail céleste, un « mythe-Jésus » aussi abouti ? C’est invraisemblable compte tenu de l’état d’esprit et surtout de la mentalité des pères à ces époques antérieures.

 

Inquisition meurtrière an 1233
Durant l’Inquisition, au nom de Dieu, l’Eglise Catholique a commis des atrocités. Joaquin Pinto – The Inquisition – Wikipédia

 

An 1233

Combien de penseurs – philosophes, astrologues, astronomes, alchimistes, botanistes, guérisseurs, sorcières – ont subi des tortures horribles et inimaginables durant l’Inquisition qui dura près de cinq siècles ? Et, parmi les sorcières, ce à quoi on ne pense jamais, l’Inquisition visait plus particulièrement le savoir de la femme. La femme était jugée abominable par ses pratiques aux yeux de Dieu. Certes.

Mais, ladite supériorité du mâle en soutane, fort de représenter et d’incarner la toute-puissance divine dans ses fonctions désaxées exerçait sadiquement son rôle d’intermédiaire envers les femmes et les hommes. Combien plus, lui, l’homme d’Eglise outrepassait le mal et rejoignait Satan et ses Pompes.

L’Inquisition amorça en Europe des guerres atroces, au nom du Christ ! Seuls des esprits foncièrement mauvais animés par le pouvoir et la déraison ont pu invoquer le nom de Dieu et du Christ pour revendiquer une religion chrétienne unique et selon des vues perfides.

 

Jordano Bruno

Jordano Bruno, frère dominicain et philosophe, (1548-1600), fut jugé, condamné et torturé sous le régime de l’Inquisition catholique. Des êtres abominables justifiant leurs actes au Nom de Dieu ! on retiendra que « Jordano Bruno » a été brûlé vif par l’Eglise Catholique.

 

Giordano-Bruno-torture-inquisition-Eglise Catholique
Giordano Bruno a été brûlé vif durant l’Inquisition Catholique.

 

Comment, une telle catégorie d’individus, qui plus est, des pères de l’Église, auraient-ils pu contribuer à la création d’un « mythe-Jésus » autant sophistiqué ? Savez-vous, que dès le IVème siècle, le chrétien, déjà sous l’influence de l’Église, était enclin à tuer le non-croyant ? Aussi, antérieurement et ultérieurement à l’an 1233, la plupart des membres de l’Église étaient un mélange de vils-intellos-pétrousquins, pour beaucoup, dénués de sensibilité, et bien entendu, de subtilité, et assoiffés de « Pouvoir ».

Ils ne juraient que par les Saintes Écritures hébraïques qu’ils appliquaient à la perfection. Ils interprétaient au pied de la lettre, le sens littéral des textes, aux dépens bien entendu des savoirs. La loi de Moïse, qu’ils ne comprenaient guère, hormis l’avoir adoptée, pour mieux intimider et diriger le fidèle, rappelons-la, interdisait l’observation du ciel sous peine d’anathème !

 

Jésus-Christ n’a jamais existé

De mon point de vue, pour créer un mythe-Jésus, à la rigueur, même l’érudition d’un haut rang ecclésiastique aurait été insuffisante ! Quant à la vivacité d’esprit ne relevant pas de l’intellect, mais du bagage mental et spirituel, eh bien, malheureusement, elle aurait fait grandement défaut à ces nombreux bougres ensoutanés sadiques !

C’est pourquoi, ceux qui affirment que Jésus-Christ n’a jamais existé, qu’il est un mythe construit par les pères de l’Église chrétienne, n’ont pas conscience un seul instant de leurs propos erronés. Mais l’ignorance seule ne guide-t-elle pas les ignorants.